top of page

Comment réagir face à la tentation ?

La tentation est quelque chose à laquelle nous sommes confrontés. Le tout est de savoir comment réagir lorsqu’elle se présente pour ne pas tomber dans le péché. Jésus lui-même a été confronté à la tentation sans jamais pécher et il est notre meilleur modèle. Avant de commencer, je t’invite à lire notre article “Sommes-nous libres du péché ?” qui pose les bases de ce qui va suivre. Pour pouvoir résister à la tentation, tu dois d’abord avoir conscience que, si tu es né(e) de nouveau, tu es libre du péché et la tentation n’est pas plus forte que toi. C’est parce que tu es libre du péché que tu as la capacité de résister à la tentation. Tu n’es plus esclave du péché et tu es donc libre de choisir entre pécher ou ne pas pécher.


Mais être libre du péché ne veut pas dire que nous ne sommes jamais tentés ou approchés par Satan qui veut nous faire tomber. Et ce n’est pas parce que nous avons une mauvaise pensée, que nous avons péché. Ce qui compte, c’est notre réaction face à ces pensées : les acceptons-nous ? Leur obéissons-nous ? Ou, comme ce que nous allons voir, faisons-nous comme Jésus en les contrant avec la Parole de vérité ? Nous devons savoir comment répondre à ces sollicitations. Voyons donc comment Jésus a réagi face à la tentation dans Luc 4, versets 1 à 13.



1 Jésus, rempli du Saint Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l'Esprit dans le désert, où il fut tenté par le diable pendant quarante jours. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, après qu'ils furent écoulés, il eut faim. Le diable lui dit: Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu'elle devienne du pain. Jésus lui répondit: Il est écrit: L'Homme ne vivra pas de pain seulement.


Le diable attaque Jésus sur son identité en voulant le faire douter : “Si tu es le Fils de Dieu, fais ceci ou cela”. Cela te rappelle quelque chose ? As-tu déjà eu ce genre de pensée qui te dit : “Si tu étais vraiment chrétien(ne), tu lirais ta Bible tous les jours” ou : “tu prierais au moins 4h par jour”. Jésus connaît son identité, il sait qui il est et ne prend même pas la peine de répondre. Mais au sujet de ce que Satan tente de lui faire faire, Jésus répond par les Ecritures : “Il est écrit…”



5 Le diable, l'ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et lui dit: Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. Jésus lui répondit: Il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.


Satan n’ayant pas pu faire chuter Jésus au sujet de son identité, il essaye de le tenter avec le pouvoir. “Je te donnerai la puissance, la gloire…” Cette fois encore, Jésus répond par les Écritures : “Il est écrit…”



9 Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit: Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d'ici en bas; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, Afin qu'ils te gardent; et: Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Jésus lui répondit: Il est dit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.


Satan attaque encore une fois Jésus sur son identité et ajoute à cela des pensées suicidaires : “jette-toi d’ici en bas”. Si tu as des pensées suicidaires, sache qu’elles ne viennent pas de toi mais que quelqu’un te les souffle à l’oreille ! “car il est écrit…” Maintenant Satan se met lui aussi à citer les Écritures, sauf qu’ils ne les utilisent pas correctement. Il utilise les Écritures mais en contredit la pensée de Dieu, il lui fait dire quelque chose qu’elle ne dit pas. Il est si facile de citer les Écritures en tordant leur sens. Ce qu’il faut connaître avant tout, c’est la pensée de Dieu.



13 Après l'avoir tenté de toutes ces manières, le diable s'éloigna de lui jusqu'à un moment favorable.



Nous voyons donc que lorsque Jésus était tenté par le diable, il répondait TOUJOURS par les Écritures. C’est en cela qu’une bonne connaissance des Écritures est importante : c’est en elles que nous pouvons puiser pour répondre aux attaques de l’Ennemi. La Parole de Dieu est puissante et efficace car elle est la vérité (à ne pas confondre avec la réalité. La réalité est ce que tu vois avec tes yeux; la vérité, c’est ce que Dieu dit). Ce que Dieu a dit de toi est la vérité, peu importe la réalité que tu constates avec tes 5 sens.


Alors, concrètement, comment réagit-on face à la tentation ?


Prenons l’exemple de Monsieur K, un homme au passif alcoolique. Avant d’être né de nouveau, Monsieur K avait l’habitude de boire dès qu’il se sentait mal ou qu’il faisait face à une situation compliquée. A présent, Monsieur K est né de nouveau et une situation similaire se présente à lui. Satan est là, et lui dit : “Tu devrais boire un petit verre, ça te détendra après la journée difficile que tu as eue.” Le combat commence. Tout se joue dans les pensées. Parce que Monsieur K est libre du péché, il est donc libre de l’alcool, libre de choisir entre boire ou ne pas boire. Et c’est là qu’il doit utiliser les Écritures pour répondre à Satan et ses tentations. Si Monsieur K répond : “Non, je ne boirai pas. Je ne boirai pas, je ne boirai pas.” en essayant de s’en persuader, ça ne marchera pas. Ce qui fonctionne, c’est la vérité : “Non, je ne boirai pas ! Je suis une nouvelle créature en Christ, les choses de ma vie d’avant sont passées, aujourd’hui, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5:17). Je suis mort à ces choses-là, j’ai été crucifié avec Jésus, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi (Galates 2:20). Je ne suis plus esclave de l’alcool, mon ancienne vie a été enterrée dans les eaux du baptême, elle n’existe plus (Romains 6)”. En faisant cela, non seulement Monsieur K répond aux accusations de Satan par la vérité, mais il rappelle aussi la vérité à son âme.


Une autre chose tout aussi importante est de ne pas se mettre volontairement dans une situation qui pourrait nous faire pécher. Pour quelqu’un comme Monsieur K, il est bon de s’éloigner de tout ce qui pourrait être une source de tentation : avoir de l’alcool chez lui, aller dans les bars, etc. Lorsqu’on parle de résister à la tentation, il ne s’agit pas de se mettre face à la chose en question et de résister de toutes ses forces pour ne pas succomber; c’est voué à l’échec ! Jésus a dit : “l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible.” Si l’alcool est une tentation pour toi, fuis ! Ne te mets pas dans une situation qui serait susceptible de te faire pécher alors que tu es libre.


Ce schéma est valable pour n’importe quelle forme de tentation : la convoitise sexuelle ou matérielle, la tentation de pouvoir, la gourmandise, l’amour de l’argent.


Lorsque mon mari et moi avons commencé à nous fréquenter, nous nous sommes mis au clair sur ce qui était important pour nous : nous ne voulions pas avoir de relations sexuelles avant le mariage, ni nous embrasser. (Si le sujet t’intéresse, tu peux lire notre article sur La relation amoureuse) Pour vivre cela, nous devions être actifs. Si nous étions restés passifs, les circonstances auraient pris le dessus sur nous. Nous avons donc posé un cadre dans nos fréquentations pour ne pas nous retrouver dans une situation de tentation. Par exemple, nous nous étions interdit de nous installer confortablement dans le canapé quand nous étions seuls tous les deux, en sachant que c’était pour nous, une situation propice à la tentation. Si nous avions fait ne serait-ce qu’un tout petit compromis, la tentation aurait pris le dessus. C’est pourquoi nous avons choisi d'être radicaux.


Pour résumer, voici quelques clefs pour réagir face à la tentation :


  1. Avoir conscience que tu es libre du péché. (lire l’article sur le sujet)

  2. Répondre à la tentation par les Écritures.

  3. Ne pas se mettre volontairement dans une situation de tentation.


En choisissant de fuir toute situation de tentation, tu te garderas du péché. Souviens-toi qu’étant né(e) de nouveau, tu es libre.


61 vues
bottom of page