top of page

La nouvelle naissance


La nouvelle naissance est au coeur du message de l'Évangile. C'est un sujet important qui doit être correctement compris pour pouvoir en vivre toute la puissance. Et la nouvelle naissance, ce n'est pas rien, c'est ce qui permet d'entrer dans le Royaume de Dieu. Dans l'Évangile de Jean, au chapitre 3, Jésus s'entretient avec Nicodème, un chef des Juifs et lui dit :


En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit. Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau.


Maintenant, voyons d'un peu plus près la manière dont Jésus prêchait l'Évangile.


Marc 1:14-15 — Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l'Evangile de Dieu. Il disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.


Marc 16:16 — Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.


Jésus prêchait en parlant de la repentance, de la nouvelle naissance, de la foi et du baptême d'eau.


La bonne nouvelle n'est pas prêchée dans son entièreté dans les Évangiles, mais dans le livre des Actes. Car la nouvelle alliance a commencé à travers la résurrection de Jésus.

Grâce au livre des Actes, nous avons un aperçu de la manière dont vivaient les premiers chrétiens. Allons donc voir comment les disciples prêchaient une fois que Jésus fut ressuscité. Dans Actes au chapitre 2, verset 22, nous lisons que le jour de la Pentecôte, le Saint-Esprit est descendu sur les disciples qui étaient rassemblés dans un même lieu. Puis, Pierre s'est adressé à la multitude de personnes qui avait accourut en entendant du bruit. A l'annonce de l'Evangile, les personnes qui l'écoutaient ont été touchées et ont demandé : « Que devons-nous faire ? » Voici la réponse de Pierre :


(v.37) Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.


La réponse est claire : repentance, baptême d'eau et réception du Saint-Esprit. Faisons donc attention quand nous prêchons l'Évangile à ne pas le réduire à une simple prière, ce serait le dépouiller de sa force. Des gens ont fait une prière de repentance en pensant qu'elle allait changer leur vie, alors que le désir de repentance, de se détourner de son péché n'était pas là. La nouvelle naissance peut commencer par une prière de repentance, mais la nouvelle naissance n'est pas la prière de repentance. Nous ne pouvons pas dire à quelqu'un qui a fait une prière de repentance qu'il est né de nouveau. La nouvelle naissance englobe ces quatre choses : foi, repentance, baptême d'eau et baptême du Saint-Esprit. Quand ces quatre choses sont là, alors nous pouvons dire que la personne est née de nouveau.


De la même façon, ne réduisons pas l'Évangile au fait d'accepter Jésus dans son coeur. Bien sûr, pour qu'une personne naisse de nouveau, il faut qu'elle ait foi en Jésus-Christ, car tout commence par là. Mais croire en Jésus-Christ ne suffit pas. Il y a des personnes qui croient en Jésus mais dont la vie ne change pas pour autant. Croire que Jésus a marché sur terre il y a 2000 ans et qu'il s'est fait crucifier n'est pas suffisant. Les gens de l'époque ont vu Jésus de leurs yeux et croyaient aussi cela, puisqu'ils l'ont vu de leurs yeux. Mais quand Jésus leur disait de croire en lui, il ne leur parlait pas de croire qu'il était réel, mais de croire en ses paroles. Accepter Jésus dans son coeur n'est pas biblique. Combien ont déjà levé la main lors d'un appel à la fin d'une prédication pour accepter Jésus mais leur vie n'a pas changé ? C'est parce que nous devons naître de nouveau et la nouvelle naissance comprend : la foi en Jésus, la repentance, le baptême d'eau et du Saint-Esprit.


Voyons d'autres exemples de réponse à l'Évangile dans le livre des Actes.


Actes 8:12 — Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser.


Actes 8:17 — Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.


Actes 19:5-6 — Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient.


Voir aussi : Actes 8:35-38 ; Actes 9:17-18 ; Actes 10: 44-48 ; Actes 16:14-15 ; Actes 16:31-34 ; Actes 18:8.




 

Sommaire

  1. La foi en Christ

  2. La repentance

  3. Le baptême d'eau

  4. Le baptême du Saint-Esprit

+ quelques cas particuliers (non exhaustif)



 



1. LA FOI EN CHRIST

Il est évident que pour parvenir à la nouvelle naissance, une personne doit d'abord avoir la foi. Quelqu'un qui n'a pas la foi ne verra pas l'intérêt de se détourner de son péché. Cependant, la foi n'est pas un simple concept. Beaucoup de gens disent avoir la foi, mais rien ne le prouve dans leurs actions. Or, quelqu'un qui a la foi, cela se traduit par des actions.


Jacques 2:18-26 — Il en est ainsi de la foi : si elle reste seule, sans se traduire en actes, elle est morte. (...) Car comme le corps sans l’esprit est mort, la foi sans les actes est morte.


Croire que Jésus a marché sur terre il y a 2000 ans et qu'il s'est fait crucifié, ce n'est pas avoir la foi. La foi n'est pas non plus un sentiment.


Avoir la foi en Jésus, c'est avoir la foi en ce qu'il a dit, c'est croire en ce qu'il a dit.


Par conséquent, cette foi-là sera suivie par des actions.


Lorsque nous croyons en quelque chose, nous agissons forcément en conséquence. Dire que nous avons foi en quelque chose et ne pas agir en conséquence est un non sens. Par exemple, si je te montre un verre d'eau posé sur la table et que je te dis : "Surtout ne le boit pas, il y a du poison dedans."Si tu me crois, tu ne boiras pas ce verre parce que tu sais ce qu'il y a dedans. Mais si tu bois ce verre alors tu prouves par ton acte que tu ne crois pas à ce que je t'ai dit.


La foi est aussi une question d'obéissance.


Avoir la foi = obéir.

Désobéir = manquer de foi.


Hébreux 3:18-19 — Et à qui jura-t-il qu’ils n’entreraient pas dans son repos ? N’est-ce pas à ceux qui avaient refusé d’obéir ? Nous voyons bien qu’ils ne purent entrer à cause de leur manque de foi.


Hébreux 4.11 — Empressons-nous donc d’entrer dans ce repos-là, pour que personne ne tombe de la même manière, en refusant d’obéir.




2. LA REPENTANCE

Le mot repentance est "Metanoia" en grec. Cela signifie : changement de mentalité, d'intention. Tristesse qu'on éprouve de ses péchés, et la douleur d'avoir offensé Dieu.


Le péché n'est pas seulement lié à ce qu'on fait, il concerne aussi ce qu'il y a dans notre coeur. Jésus a donné plusieurs exemples :


Matthieu 5:21-22 — Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre ; celui qui commet un meurtre sera passible du jugement. Mais moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement. Celui qui traitera son frère de raka sera passible du sanhédrin. Celui qui le traitera de fou sera passible de la géhenne de feu.


Matthieu 5:27-28 — Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Mais moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme de façon à la désirer a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.


Concrètement, la repentance, c'est :

  • Se détourner de ses péchés pour se tourner vers Dieu en mettant sa foi en Jésus-Christ.

  • Reconnaître ses péchés, changer sa façon de penser.

  • Une action : se détourner de ses péchés. Un voleur qui se repent arrête de voler, sinon il ne s'est pas repenti. Un menteur qui se repent arrête de mentir, sinon il ne s'est pas repenti.

La repentance n'est pas :

  • Le simple fait de se sentir désolé. Il y a beaucoup de gens en prison qui sont désolés de ce qu'ils ont fait uniquement parce qu'ils ont été pris. S'ils n'avaient pas été en prison, ils n'auraient pas forcément été désolés.


Jésus a dit dans l'Évangile de Matthieu, chapitre 12, verset 33 : Ou dites que l'arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l'arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l'arbre par le fruit.


On reconnaît un arbre à ses fruits, ce qui veut dire que si quelqu'un est repentant, ça se voit dans ses actions. Encore une fois : un voleur qui se repent arrête de voler, un menteur qui se repent arrête de mentir. Ça se voit, le changement est évident.


La repentance est la première étape de la nouvelle naissance. Dieu désire marcher avec nous et lorsque nous faisons un pas, il en fait un aussi. Lorsque nous nous repentons, Dieu change notre coeur. Notre conscience qui durant toutes ces années de vie sans Dieu, a été salie par ce qu'elle a vu, fait, et entendu, retrouve toute sa pureté.


Hébreux 10:16 — Voici l'alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit.


C'est pour cela que quand une personne se repent, son regard change. Ses aspirations changent aussi. Elle ne veut plus faire les choses mauvaises qu'elle faisait avant, mais elle veut maintenant faire ce qui plaît à Dieu. Ce changement d'état de coeur ne signifie pas que la personne est née de nouveau, mais montre la conséquence de la repentance. Cela ne signifie pas non plus que le Saint-Esprit a fait sa demeure en elle. On peut simplement dire que la personne a été touchée par l'Esprit.




3. LE BAPTÊME D’EAU

En grec, le mot baptême est "Baptizo" ce qui signifie : plonger, immerger. Le baptême (par immersion, donc) n'est pas seulement un symbole d'engagement envers Dieu. Le baptême a une énorme portée spirituelle.


  • Le baptême est un ensevelissement, il enterre notre vie passée et nous permet de vivre une nouvelle vie. (Romains 6:4)

  • Le baptême est une résurrection. Nous sommes ressuscités en Christ et avec Christ. (Colossiens 2:12)

  • Le baptême d'eau ne nettoie pas la saleté du corps, c’est un enterrement, une question de conscience pure envers Dieu. (1 Pierre 3:21)

  • Par le baptême, nous sommes devenus un avec Christ, nous nous sommes revêtus de lui. (Galates 3:27)


Par le baptême, nous enterrons notre ancienne vie et ressuscitons pour une nouvelle vie. Le baptême vient APRÈS la repentance, tout comme on prend une douche quand on a conscience d'être sale. C’est pourquoi le baptême d’enfant n’a aucun sens : un bébé est innocent, sa conscience n’est pas encore développée et il n’a pas de péché dont il doit être lavé. La preuve est qu'un bébé peut se promener nu sans problème, parce qu’il n’a pas encore conscience de ce qui est bien et mal. Mais un adolescent ne peut pas faire cela, parce que sa conscience est développée.


De plus, puisque le baptême est un enterrement de notre vie passée et une résurrection, il doit se faire APRÈS la repentance. Un baptême qui se fait sans repentance n'a aucune puissance et n'est rien d'autre qu'un bain. Le baptême n'est pas quelque chose de magique. S'il n'y a pas de repentance, le baptême ne sert à rien.


Il y a une puissance dans le baptême d'eau lorsque celui-ci est accompagné d'une repentance sincère.


Pour illustrer ce qui va suivre, prenons l'exemple de la loi de la gravité. C'est une loi physique qui fait que lorsqu'on lâche un objet, il tombe. Spirituellement, il y a la loi du péché qui fait que lorsqu'on commence à pécher, on devient esclave du péché et on retombe dedans encore et encore. C'est ce que Paul décrit dans Romains 7:14-25. Paul décrit sa condition d'homme pécheur, sans Christ, esclave du péché. Mais gloire à Dieu, il ne s'arrête pas là !


(v.24) Qui me délivrera du corps de cette mort ? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! (...) Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, lesquels ne marchent point selon la chair, mais selon l'Esprit. Parce que la Loi de l'Esprit de vie [qui est] en Jésus-Christ, m'a affranchi de la Loi du péché et de la mort.


En Jésus-Christ, nous ne sommes plus esclaves du péché. Nous ne sommes plus obligés de retomber encore et encore dans les mêmes péchés car nous avons été affranchis de la loi du péché. Quelqu'un qui est mort ne peut plus pécher (Romains 6:7) et dans les eaux du baptême, nous sommes morts avec Christ :


Romains 6:3-4 — Ne savez-vous pas que nous tous, qui avons été baptisés pour Jésus-Christ, c’est en relation avec sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en relation avec sa mort afin que, comme le Christ a été ressuscité d’entre les morts par la puissance glorieuse du Père, nous aussi, nous menions une vie nouvelle.


La loi du péché qui avant nous dominait, est maintenant sous nos pieds.


Romains 6:6 — Comprenons donc que l’homme que nous étions autrefois a été crucifié avec le Christ afin que le péché dans ce qui fait sa force soit réduit à l’impuissance et que nous ne servions plus le péché comme des esclaves. Car celui qui est mort a été déclaré juste : il n’a plus à répondre du péché.


Voir aussi : Romains 6:14 ; Romains 6:18 ; Romains 6:22 ; Romains 7:4 ; Romains 7:6 ; Romains 8:2





Avant le baptême, le péché nous domine. Mais dans les eaux du baptême, nous avons été ensevelis avec Christ et associés à sa mort, nous avons crucifié notre vieil homme. Nous sommes morts avec Christ et ressuscités avec lui. C'est maintenant nous qui dominons le péché. A présent, le seul droit que le péché a sur notre vie, c'est celui que nous lui donnons. Je t'encourage à lire et relire les chapitres 6, 7 et 8 de l'épître aux Romains jusqu'à ce que cette vérité descende dans ton coeur ! Si tu t'es véritablement repenti et que tu t'es fait baptiser, TU ES LIBRE DU PÉCHÉ.




4. LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT

Le Saint-Esprit n'est pas une option ou un petit plus pour nos vies. Le Saint-Esprit est une nécessité, nous en avons besoin. On ne peut pas être un témoin avec nos propres forces, nous avons besoin d’être baptisés du Saint-Esprit (Actes 1:4-5). Lorsque les gens le reçoivent dans la Bible, il y a toujours un signe visible.


Actes 19:5-6 — Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient.


Dans Actes 10:45-46, les gens ont vus/entendus les disciples parler en langues et louer Dieu.

Dans Actes 8:14-18, les apôtres sont venus imposé les mains aux Samaritains et Simon le magicien a vu qu’ils avaient reçu le Saint-Esprit.


Lorsque nous avons le Saint-Esprit, il y a un signe visible qui permet de l'attester. Principalement : le parler en langues et la prophétie. C'est la volonté de Dieu que nous parlions tous en langues et que nous prophétisions.


Voir aussi Actes 2:38-39 ; Romains 8:26-27 ; 1 Corinthiens 14:2-4.


Déjà dans l'Ancien Testament, il y avait le signe de la prophétie lorsque l'Esprit saisissait les gens. Voir : Nombres 11:25-27; 1 Samuel 10:10-11; 1 Samuel 19:20-24


En réalité, quand tu pries en langues, ce n'est pas toi qui prie, c'est l'Esprit en toi qui prie. Parler en langues, c'est mettre son corps à la disposition de l'Esprit pour lui permettre de prier.


Si tu t'es repenti, fait baptiser et que tu n'as pas encore reçu le parler en langues, tu peux le demander à Dieu qui va te le donner. Et nul besoin d'attendre des années pour cela. Tu demandes le parler en langues à Dieu, et avec foi, tu ouvres ta bouche et parles en langues. Tu peux aussi demander à des disciples nés de nouveau de t'imposer les mains pour le recevoir.


 

CAS PARTICULIERS

Il existe des cas particuliers dans la Bible notamment avec cet exemple dans Actes 8:12-17 : les croyants n'ont pas reçu le Saint-Esprit immédiatement après s'être fait baptisés. Philippe qui les avait baptisés ne semblait pas avoir imposé les mains aux Samaritains comme le faisaient Pierre ou Jean. En effet, il a fallu un temps d'adaptation pour que la Bonne Nouvelle soit répandue dans son entièreté et que tous les disciples sachent qu'ils pouvaient imposer les mains aux gens pour qu'ils reçoivent l'Esprit. Un autre exemple est dans Actes 10:44-48 où la maison de Corneille reçoit l'Esprit avant le baptême d'eau. A ce moment-là, les apôtres ont compris que les non-Juifs pouvaient aussi bénéficier de cette grâce, ce qui était totalement nouveau.



Voyons d'autres exemples de cas particuliers.


"J'ai déjà reçu l'Esprit et je vis pleinement avec Jésus. Je n'ai donc pas besoin de me faire baptiser, je suis déjà né de nouveau".

Il est possible de recevoir l'Esprit avant d'être baptisé d'eau comme nous l'avons vu avec l'exemple de Corneille et sa famille. Mais nous ne sommes pas nés de nouveau pour autant. Nous sommes nés de nouveau lorsque toutes les étapes sont faites : repentance, baptême d'eau et d'Esprit. De plus, la maison de Corneille s'est faite baptiser immédiatement après avoir reçu l'Esprit, ce qui montre bien que le baptême d'eau est important. Un autre exemple souvent cité est celui du brigand sur la croix. Ce n'est pas parce qu'il a eu la promesse d'aller au Ciel qu'il faut enseigner que le baptême d'eau et d'Esprit ne sont pas nécessaires.


"J'ai été baptisé sans avoir compris la notion de repentance".

Dans cette situation, certains auront la conviction de se "refaire" baptiser (en réalité, ce ne sera pas un deuxième baptême mais bien LE baptême, puisque comme nous l'avons vu précédemment, le seul baptême valable et considéré comme tel est celui qui suit la repentance). En général, si la personne qui est dans ce cas lutte en permanence avec des péchés dans lesquels elle retombe, elle a besoin de se faire baptiser pour mettre un terme à la loi du péché dans sa vie.


"Je suis né de nouveau mais pourtant je lutte avec certains péchés".

Dans cette situation, il est bon de vérifier que les 3 étapes décrites ci-dessus ont bien été vécues (repentance, baptême d'eau, baptême du Saint Esprit).

Si la personne est née de nouveau, il se peut qu'elle ait besoin d'un renouvellement de sa pensée pour réaliser qu'elle est vraiment libre (cf. Romains 12:2 + Romains 6 à 8).

Dans certains cas également, la personne peut être tenue par un mauvais esprit et a besoin d'une délivrance. Attention à ne pas tirer des conclusions hâtives, il faut du discernement de façon générale.


"J'ai déjà le Saint-Esprit, mais je ne parle pas en langues et ne prophétise pas".

Cette phrase souvent entendue laisse à la réflexion car il n'existe aucun exemple biblique pour appuyer cela.


Il existe donc des cas particuliers, mais nous avons bien vu que ce n'était pas ce qui était vécu le plus couramment. Au contraire, la repentance, le baptême d'eau et d'Esprit étaient vécus d'un seul bloc. Considérons-les comme un package. Ce sont généralement des héritages religieux ou de faux enseignements qui amènent à vivre les choses de manière décousue.



CONCLUSION

Suivre Jésus signifie : lui obéir. Il nous a donné un exemple à suivre. Certaines personnes pensent qu’elles n’ont pas besoin d’être baptisées ou de recevoir le Saint-Esprit, mais dans ce que nous venons de lire, nous voyons que nous avons besoin de l’ensemble : la foi, la repentance, le baptême d'eau et le baptême du Saint-Esprit.


Nous pouvons comparer cela à une naissance physique. Pour qu’un bébé soit en bonne santé, il doit :

  1. Sortir du ventre maternel = nous sortons de notre vie de péché (repentance).

  2. Le cordon ombilical doit être coupé et le bébé doit être lavé = nous coupons/enterrons notre ancienne vie par le baptême.

  3. Le bébé doit pousser un cri = nous recevons le Saint-Esprit et cela sort de notre bouche par une nouvelle langue/prophétie.


Le problème c'est qu'aujourd'hui, nous avons découpé ces étapes-là. Nous commençons par nous repentir, puis quand nous voulons nous faire baptiser, nous sommes freinés par des discours tels que : "Avant de te faire baptiser, tu dois d'abord suivre une préparation au baptême". Bien souvent, ces cours de préparation s'étalent sur plusieurs mois. Ou alors, nous avons des raisonnements : "Je dois d'abord régler tel péché/problème dans ma vie". Or, c'est le baptême lui-même qui libère du péché ! Ou encore : "J'attends que telle personne de ma famille soit là et je voudrais le faire à tel endroit". Autant de raisonnements qui nous empêchent d'aller plus loin. Puis une fois que nous sommes baptisés d'eau, on nous dit de rechercher le baptême dans le Saint-Esprit. Certaines personnes attendent des années avant de le recevoir, alors que Dieu veut nous le donner tout de suite. Ces étapes s'étalent inutilement dans le temps alors qu'elles pourraient être vécues d'un seul bloc. Nous avons bien vu que dès le début de l'annonce de l'Évangile, elles se faisaient en même temps : les gens se repentaient, se faisaient baptiser et recevaient le Saint-Esprit le même jour et étaient ainsi pleinement nés de nouveau et prêts à vivre une vie avec Jésus.

257 vues
bottom of page