top of page

Quand est-on prêt à se faire baptiser ?


Voilà une question qui a toute son importance : à quel moment une personne est-elle prête à se faire baptiser ? Est-ce parce qu’elle a atteint un âge requis ? Ou parce qu’elle a tout compris à ce que dit la Bible ? Ou bien lorsqu’elle a atteint un certain “niveau spirituel” ?


Pour répondre à cette question, nous devons commencer par expliquer ce qu’est le baptême.


En grec, le mot baptême est "Baptizo" ce qui signifie : plonger, immerger. Le baptême (par immersion, donc) n'est pas seulement un symbole d'engagement envers Dieu. Le baptême a une énorme portée spirituelle.

  • Le baptême est un ensevelissement, il enterre notre vie passée et nous permet de vivre une nouvelle vie. (Romains 6:4)

  • Le baptême est une résurrection. Nous ressuscitons en Christ et avec Christ. (Colossiens 2:12)

  • Le baptême d'eau ne nettoie pas la saleté du corps, c’est un enterrement, l’engagement d’une conscience pure envers Dieu. (1 Pierre 3:21)

  • Par le baptême, nous devenons un avec Christ, nous nous revêtons de lui. (Galates 3:27)

Par le baptême, nous enterrons notre ancienne vie et ressuscitons pour une nouvelle vie. Or, pour enterrer son ancienne vie, pour en commencer une nouvelle, il faut le vouloir. Il faut vouloir se détourner de son ancienne vie, et donc de ses péchés. Car, si le baptême est là pour enterrer notre ancienne vie, mais que l’on ne veut pas s’en détourner, que va-t-on enterrer dans les eaux du baptême ?

Le baptême nous libère de la loi du péché. Tout comme il existe une loi physique comme celle de la gravité (lorsqu’on lâche un objet, celui-ci tombe), il existe une loi spirituelle qui fait que lorsqu’on commence à pécher, nous devenons esclaves et retombons sans cesse dedans.

“En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.” (Jean 8:34)

Quelqu’un d’esclave du péché va pécher, culpabiliser, puis se dire : “C’est terminé, maintenant, j’arrête !” et recommencer inévitablement, tout en se disant : “Mais je ne comprends pas, j’avais pourtant pris la décision d’arrêter.”

Dans les eaux du baptême, nous enterrons notre ancienne vie, nous sommes lavés de nos péchés, et la loi du péché n’a plus d’emprise sur nous. Cela ne veut pas dire qu’il ne nous arrive plus de pécher, cela veut dire que nous sommes libres de ne plus pratiquer le péché. Il peut nous arriver de tomber accidentellement dans le péché, mais nous nous repentons et nous ne continuons pas là-dedans parce que nous n’en sommes plus esclaves.

Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n'y a point en lui de péché. Quiconque demeure en lui ne pèche point (ou : ne pratique pas le péché); quiconque pèche (ou : pratique le péché) ne l'a pas vu, et ne l'a pas connu. Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste. Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable. Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu.” (1 Jean 3:5-9)

“Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.” (1 Jean 2:1)


Il est écrit : “et si quelqu’un a péché”. Il n’est pas dit : “et quand quelqu’un a péché”. Un chrétien né de nouveau peut pécher accidentellement, mais il ne pratique pas le péché.

Tout comme il faut vouloir changer de vie pour l’enterrer dans les eaux du baptême, il faut également le vouloir pour être libéré du péché. Dieu ne va jamais aller à l’encontre de notre volonté, c’est pourquoi si nous ne voulons pas nous détourner de notre péché, il ne pourra pas nous en libérer, par respect de notre volonté.

Vouloir enterrer son ancienne vie et se détourner de son péché se résume à ce qu’on appelle la repentance.

La repentance est le seul point requis pour être prêt à se faire baptiser. Il va sans dire que la personne doit bien évidemment croire en la mort et la résurrection de Jésus, puisque sans la foi, personne ne vient à la repentance ni ne voit l’intérêt du baptême.

Concrètement, la repentance, c'est :

  • Se détourner de ses péchés pour se tourner vers Dieu en mettant sa foi en Jésus-Christ.

  • Reconnaître ses péchés, changer sa façon de penser.

  • Une action : se détourner de ses péchés. Un voleur qui se repent arrête de voler, sinon il ne s'est pas repenti. Un menteur qui se repent arrête de mentir, sinon il ne s'est pas repenti.

La repentance n'est pas :

  • Le simple fait de se sentir désolé. Il y a beaucoup de gens en prison qui sont désolés de ce qu'ils ont fait uniquement parce qu'ils ont été pris. S'ils n'avaient pas été en prison, ils n'auraient pas forcément été désolés.


Récemment, mon mari et moi avons rencontré une fille qui n’était pas encore baptisée, mais qui croyait en Jésus. Elle nous avait entendu parler de baptême avec d’autres frères et sœurs et s’était jointe à la discussion. Quand nous lui avons demandé si elle était baptisée, elle nous a répondu qu’elle y réfléchissait très sérieusement. Nous lui avons demandé si elle s’était repentie, ce à quoi elle a répondu “oui” en nous donnant des exemples : “avant je pouvais sans problème voler un ticket de métro, maintenant je ne peux plus”. Voilà le résultat d’une repentance sincère : avant nous faisions de mauvaises choses qui ne nous posaient pas de problème de conscience, maintenant nous ne le faisons plus.


Notons qu’il y a une différence entre ne pas vouloir se détourner de son péché et ne pas pouvoir. Il est normal de ne pas pouvoir se libérer tout seul du péché. C’est impossible. Si donc nous attendons d’être parfaits pour être baptisés, nous pouvons attendre longtemps, puisque c’est justement là le rôle du baptême : nous libérer du péché ! La seule condition pour être prêt à être baptisé, c’est d’être repentant, pas d’être parfait. S’il y a encore certaines choses qui ne sont pas “réglées” dans la vie de la personne, mais qu’elle veut s’en détourner, alors le baptême la libérera.

En résumé : puisque le baptême est un enterrement de notre vie passée et nous lave de nos péchés, il doit forcément être précédé d’une repentance qui consiste à se détourner de ses péchés. Le baptême n'est pas un acte magique, il a une puissance spirituelle uniquement lorsque celui-ci est précédé d’une repentance sincère. S'il n'y a pas de repentance, le baptême ne sert à rien. Un baptême qui se fait sans repentance n'a aucune puissance et n'est rien d'autre qu'un bain. Il y a une puissance libératrice dans le baptême d'eau uniquement quand celui-ci est accompagné d'une vraie repentance.


Pour aller plus loin, voir l’article sur “La nouvelle naissance”.



121 vues
bottom of page