top of page

Sommes-nous libres du péché ?


En tant que disciple de Jésus, sommes-nous encore pécheurs et esclaves du péché ou bien en sommes-nous libres ? Notre réponse va influencer toute notre manière de vivre. En effet, si je me considère comme pécheur, sauvé par grâce, alors ce sera “normal” pour moi de pécher -même si ce n’est pas ce que je veux- puisque je suis pécheur, n’est-ce pas ? Mais si je me considère comme pardonné et justifié, libéré du péché, alors ma conduite sera totalement différente. Nous allons voir d’un peu plus près ce que dit la Bible dans les chapitres 6, 7 et 8 de l'épître aux Romains.




Chapitre 6


1 Que dirons-nous donc ? Allons-nous persister dans le péché afin que la grâce se multiplie ? 2 Certainement pas ! Nous qui sommes morts pour le péché, comment pourrions-nous encore vivre dans le péché ?


Nous qui sommes… morts pour le péché.


3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ? 4 Par le baptême en sa mort nous avons donc été ensevelis avec lui afin que, comme Christ est ressuscité par la gloire du Père, de même nous aussi nous menions une vie nouvelle.


Dans les eaux du baptême, nous mourons avec Jésus et nous avons été ensevelis avec lui. Nous nous sommes identifiés à sa mort et à sa résurrection.


5 En effet, si nous avons été unis à lui par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable à la sienne. 6 Nous savons que notre vieil homme a été crucifié avec lui afin que le corps du péché soit réduit à l'impuissance et qu'ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. 7 En effet, celui qui est mort est libéré du péché.


Avant le baptême, nous sommes tous esclaves du péché. Jésus a dit : “quiconque fait le péché est esclave du péché” (Jean 8:34). Mais dans les eaux du baptême, notre ancien “nous” a été crucifié avec Jésus pour que le péché ne puisse plus nous dominer. Car, puisque dans les eaux du baptême, nous mourrons avec Jésus, un mort ne peut plus pécher, il en est libéré (verset 7). Nous ne sommes donc plus obligés de retomber encore et encore dans les mêmes péchés car nous avons été affranchis de la loi du péché dans le baptême.


8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, 9 car nous savons que Christ ressuscité ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. 10 Christ est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; maintenant qu'il est vivant, c'est pour Dieu qu'il vit. 11 De la même manière, vous aussi, considérez-vous comme morts pour le péché et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ [notre Seigneur].


Nous devons nous considérer comme morts pour le péché.


12 Que le péché ne règne donc plus dans votre corps mortel pour vous soumettre à lui par ses désirs. 13 Ne mettez plus vos membres au service du péché comme des instruments de l'injustice, mais au contraire livrez-vous vous-mêmes à Dieu comme des morts revenus à la vie et mettez vos membres à son service comme des instruments de la justice. 14 En effet, le péché n'aura pas de pouvoir sur vous, puisque vous n'êtes plus sous la loi mais sous la grâce.


Si Paul nous dit tel un commandement que le péché ne doit plus régner dans notre corps et que nous ne devons plus obéir à ses désirs, c’est qu’il est en notre capacité de le faire. Le v14 dit très clairement que le péché ne peut plus nous dominer, il n’a plus de pouvoir sur nous car nous ne sommes plus sous la loi, mais sous la grâce ! Dans les eaux du baptême, nous avons été libérés de la loi du péché qui nous dominait et nous pouvons maintenant marcher dans la liberté vis à vis du péché !


15 Quoi donc ! Allons-nous pécher parce que nous ne sommes pas sous la loi mais sous la grâce ? Certainement pas ! 16 Ne savez-vous pas que si vous vous livrez à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes les esclaves du maître à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?


A présent que nous sommes libres du péché, la seule domination qu’il peut avoir sur nous, c’est celle que nous lui donnons. Si nous nous remettons à pratiquer le péché alors que nous en sommes libres, nous nous remettons à nouveau sous son esclavage, nous redevenons volontairement des esclaves du péché.


17 Mais que Dieu soit remercié: alors que vous étiez esclaves du péché, vous avez obéi de tout coeur au modèle d'enseignement auquel vous avez été confiés. 18 Et une fois libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.


Notons qu’il est bien dit que nous “étions esclaves du péché” et non pas que nous le sommes. Car nous avons été libérés du péché.


19 - Je parle à la manière des hommes, à cause de votre faiblesse naturelle. - De même que vous avez mis vos membres comme esclaves au service de l'impureté et de l'injustice pour arriver à plus d'injustice, de même maintenant, mettez vos membres comme esclaves au service de la justice pour progresser dans la sainteté. 20 En effet, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport à la justice.


Nous étions esclaves du péché, mais nous ne le sommes plus…


21 Quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous avez honte aujourd'hui, car leur fin, c'est la mort. 22 Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la progression dans la sainteté et pour fin la vie éternelle.


…nous sommes maintenant libérés du péché.


23 En effet, le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.



Chapitre 7


1 Ignorez-vous, frères et soeurs - je parle ici à des gens qui connaissent la loi - que la loi n'exerce son pouvoir sur l'homme qu'aussi longtemps qu'il vit? 2 Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant, mais si son mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à lui. 3 Si donc elle devient la femme d'un autre homme du vivant de son mari, elle sera considérée comme adultère. Mais si son mari meurt, elle est libérée de cette loi, de sorte qu'elle n'est pas adultère en devenant la femme d'un autre. 4 De même, mes frères et soeurs, vous aussi vous avez été mis à mort par rapport à la loi à travers le corps de Christ pour appartenir à un autre, à celui qui est ressuscité afin que nous portions des fruits pour Dieu. 5 En effet, lorsque nous étions livrés à notre nature propre (traduction NBS dit : lorsque nous étions sous l’empire de la chair), les passions pécheresses éveillées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.


Nous étions sous l’empire de la chair, et les passions pécheresses agissaient dans nos membres. C’est du passé, c’est notre vie d’avant.


6 Mais maintenant nous avons été libérés de la loi, car nous sommes morts à ce qui nous retenait prisonniers, de sorte que nous servons sous le régime nouveau de l'Esprit et non sous le régime périmé de la loi écrite.


Maintenant, nous sommes dégagés de la loi, nous sommes morts à tous les péchés qui pouvaient nous rendre esclaves.


7 Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché ? Certainement pas ! Mais je n'ai connu le péché que par l'intermédiaire de la loi. En effet, je n'aurais pas su ce qu'est la convoitise si la loi n'avait pas dit: Tu ne convoiteras pas. 8 Saisissant l'occasion offerte par ce commandement, le péché a produit en moi toutes sortes de désirs. En effet, sans loi le péché est mort. 9 Pour ma part, sans la loi, je vivais autrefois; mais quand le commandement est venu, le péché a repris vie et moi, je suis mort. 10 Il s'est trouvé que le commandement qui devait conduire à la vie m'a conduit à la mort. 11 En effet, le péché, saisissant l'occasion offerte par le commandement, m'a trompé et par lui m'a donné la mort. 12 Ainsi donc, la loi est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. 13 Ce qui est bon est-il donc devenu synonyme de mort pour moi ? Certainement pas ! Au contraire, c'est la faute du péché. Il s'est manifesté comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et ainsi, par l'intermédiaire du commandement, il montre son caractère extrêmement mauvais. 14 Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis marqué par ma nature, vendu au péché. 15 Je ne comprends pas ce que je fais: je ne fais pas ce que je veux et je fais ce que je déteste. 16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. 17 En réalité, ce n'est plus moi qui agis ainsi, mais le péché qui habite en moi. 18 En effet, je sais que le bien n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma nature propre: j'ai la volonté de faire le bien, mais je ne parviens pas à l'accomplir. 19 En effet, je ne fais pas le bien que je veux mais je fais au contraire le mal que je ne veux pas. 20 Or, si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, mais le péché qui habite en moi. 21 Je découvre donc cette loi: alors que je veux faire le bien, c'est le mal qui est à ma portée. 22 En effet, je prends plaisir à la loi de Dieu, dans mon être intérieur, 23 mais je constate qu'il y a dans mes membres une autre loi; elle lutte contre la loi de mon intelligence et me rend prisonnier de la loi du péché qui est dans mes membres. 24 Malheureux être humain que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ?


Voilà un passage qui peut faire de gros dégâts s’il est utilisé en dehors de son contexte. Combien de fois avons-nous entendu “qu’il est normal de pécher, puisque nous sommes pécheurs ?” “Que même Paul dit qu’il est esclave, vendu au péché, qu’il ne fait pas le bien qu’il veut mais qu’il fait le mal qu’il ne veut pas” ! Je vous arrête tout de suite, ce n’est pas du tout ce que Paul dit là, autrement il se contredirait totalement avec tout ce que nous venons de lire plus haut où il est question de liberté par rapport au péché.


Dans ce passage, Paul décrit sa condition d'homme pécheur, sans Christ, esclave du péché. Il parle de la condition dans laquelle il était avant d’avoir rencontré Jésus.


Tant que nous ne sommes pas né de nouveau, nous sommes esclaves du péché. Pour illustrer cela, prenons l'exemple de la loi de la gravité. C'est une loi physique qui fait que lorsqu'on lâche un objet, il tombe. Spirituellement, il y a la loi du péché qui fait que lorsqu'on commence à pécher, on devient esclave du péché et on retombe dedans encore et encore. Nous sommes libérés de cette loi du péché dans les eaux du baptême, en nous associant à la mort de Jésus. Paul ne parle bien évidemment pas de ce qu’il vit maintenant qu’il est en Christ, cela viendrait contredire tout ce qu’il a déjà dit. D’ailleurs, il suffit de continuer de lire pour le comprendre :


24 Malheureux être humain que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? 25 J'en remercie Dieu, c'est possible par Jésus-Christ notre Seigneur. Ainsi donc, par mon intelligence, je suis esclave de la loi de Dieu, mais par ma nature propre je suis esclave de la loi du péché.



Chapitre 8


1 Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, [qui ne vivent pas conformément à leur nature propre mais conformément à l'Esprit]. 2 En effet, la loi de l'Esprit qui donne la vie en Jésus-Christ m'a libéré de la loi du péché et de la mort.


Pour nous qui sommes en Jésus-Christ, il n’y a plus aucune condamnation. Notons qu’il est précisé que ceux qui sont en Jésus-Christ sont ceux qui vivent conformément à l’Esprit sans suivre les désirs de leur chair. Dans les eaux du baptême, nous avons été libérés de la loi du péché et de la mort. Nous n’en sommes plus esclaves.


3 Car ce qui était impossible à la loi parce que la nature humaine la rendait impuissante, Dieu l'a fait: il a condamné le péché dans la nature humaine en envoyant à cause du péché son propre Fils dans une nature semblable à celle de l'homme pécheur. 4 Ainsi, la justice réclamée par la loi est accomplie en nous qui vivons non conformément à notre nature propre mais conformément à l'Esprit.


Nous devons marcher par L’Esprit, et ne plus suivre les désirs de notre chair, sachant que c’est possible puisque nous en avons été libérés !


5 En effet, ceux qui se conforment à leur nature propre se préoccupent des réalités de la nature humaine, tandis que ceux qui se conforment à l'Esprit sont préoccupés par ce qui est de l'Esprit. 6 De fait, la nature humaine tend vers la mort, tandis que l'Esprit tend vers la vie et la paix. 7 En effet, la nature humaine tend à la révolte contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu et qu'elle n'en est même pas capable. 8 Or, ceux qui sont animés par leur nature propre ne peuvent pas plaire à Dieu. 9 Quant à vous, vous n'êtes pas animés par votre nature propre mais par l'Esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. 10 Et si Christ est en vous, votre corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais votre esprit est vie à cause de la justice. 11 Et si l'Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous, celui qui a ressuscité Christ rendra aussi la vie à votre corps mortel par son Esprit qui habite en vous.


Après avoir lu ce qu’en dit Paul, allons-nous encore nous considérer comme pécheur sauvé par grâce ou comme des saints, libérés définitivement du péché ?



Pour aller plus loin, voir les articles : Quand est-on prêts à se faire baptiser ? et La nouvelle naissance.


69 vues
bottom of page